le blog artfox : le jardin

sommet
retour au menu principal => le blog artfox
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

toutes les contributions le jardin
    
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
 
la vie d'artisterandonnées et inspirationhaut-lieuxle jardinsaisons et rituels
***************************************************
12.03.2019****************Catégorie: le jardin
Visites de mon totem
J'habite à 900 mètres et la plupart des années il neige ici de temps à autre durant le mois de mars. C'est pourquoi je nourris mes passeraux jusqu'à l'équinoxe.
Lorsqu'il y a des précipitations les mangeoires sont parfois complètement tapissées
de neige ou alors le mélange de graines est soi gelé, soi trempé. Je contrôle alors
les mangeoires vers cinq heures et demi avant de me rendre au travail.
Jeudi dernier et ce lundi j'ai rencontré un visiteur peu commun.
Muni d'une lampe de poche je traversais à tâtons le verger et je vis sous les
mangeoires suspendues au poirier une forme grise, ronde et bien grande.
C'est un blaireau qui vient ainsi manger les graines que les passeraux ont laissé.
Hier je ne l'ai vu si tard que nous n'étions plus séparés que par un mètre et demi -
malgré la proximité il s'en alla sans empressement.
Aujourd'hui j'ai vu sous les mangeoires une couche de neige
qui sans doute aucun a été grattée avec application.

"Minerva" - 1999 - encre de chine et acrylique - 30 x 40 cm

Au côté de mon mentor - le renard -
 le blaireau est de mes animaux-totems l'un des plus proches.
Je l'apprécie particulèrement, oui il compte parmi mes meilleurs amis.
Dans le tableau ci-dessus le "randonneur nocturne" se tient aux côtés de Minerve -
la sage reine des arts et sciences, qui chez les Romains était liée à l'époque
de l'équinoxe. Comme il se doit pour cette période elle se dresse dans mon tableau
au centre de la roue de la vie entre une humide verdure (principe lunaire et frais)
et des forces célestes empreintes de feu (principe solaire et chaud).

 
rédiger un commentaire
***************************************************
30.03.2018****************Catégorie: le jardin
Pour mes vieux jours
Avant-hier j'ai planté avec mon colocataire deux arbres haute-tige.
Travaux et récoltes sont bien répartis : les frais d'achat avec protection contre
rongeurs et chevreuils sont à la charge du propriétaire - agriculteur qui en
 contrepartie encaisse les subventions. L'organisation, la plantation et les soins des arbres nous incombent, par contre nous bénéficieront en heureux retraités des fruits.
Plus sérieusement il nous importe de conserver l'écosystème traditionel.
Et vu qu'il est déconseillé de planter à l'endroit où se trouvaient les vieux
arbres, les jeunes se trouvent maintenant un peu plus près du Boskoop,
ce qui inclu enfin ce dernier mieux dans l'ensemble du verger. 

un prunier, une reine-claude et le vieux pommier Boskoop

Malgré les giboulées les rouge-queues sont revenus aujourd'hui : le printemps ne va semble-t-il plus guère tarder à se montrer (j'habite ici à 900 mètres).
 
rédiger un commentaire
***************************************************
02.01.2018****************Catégorie: le jardin
Pluie et neige en alternance
Sitôt que la neige s'en va
les oiseaux s'intéressent beaucoup moins aux mangeoires :
le monde ailé sait parfaitement s'adapter.

Deux à trois par semaine le geai me rend visite.
Il prend le temps de choisir ses graines et se montre partant très photogénique.

Avez-vous déjà découvert le geai dans le tableau "Mille Découvertes"?
On l'entend bien dans la forèt - le voir est plus difficile.


...à propos des oiseaux :
le 28 avril 2017 il est tombé chez moi une quantité énorme de neige (voir l'article
ci-dessous). Trois jours durant le jardin fut blanc et bien sûr on ne vit plus d'insectes.
J'en ai conclu qu'il n'y aurait cette année pas d'oisillons survivants.
Lorsqu'au début juin je suis allé à la grange chercher du matériel pour l'exposition à
l'Espace 25, j'ai remarqué un oiseau sur une poutre. Malgré mon va-et-vient il est resté en place. Sous l'abri-auto il y avait également un deuxième oiseau sur une poutre, tout aussi étrangement tranquille. C'est là que j'ai compris que c'était deux oisillons tout juste sortis du nid. J'ai fait d'une vielle branche évidée un nichoir que j'ai placé - protégé des intempéries - dans l'abri-auto.
Chapeau à ces rougequeues noirs, qui ont réussi à sauver leur progéniture.
Dans les semaines suivantes j'eu souvent le plaisir de voire la famille voleter dans le jardin et pépier joyeusement.
 
rédiger un commentaire
***************************************************
28.04.2017****************Catégorie: le jardin
C'est un peu tard et franchement trop
Je me suis réveillé ce matin plus tôt que d'hab et remarqué que quelque chose clochait. Après le premier choc j'ai été au galetas, pris deux mangeoires et les aient installées garnies de graines diverses, l'une au jardin et l'autre devant la fenêtre du salon.

La pire situation est celle des oiseaux migrateurs qui eux sont tributaires des insectes. Les oisillons n'y survivront vraisemblablement pas.
Par chance je n'ai encore pas acheté de plantes sensibles.
 
rédiger un commentaire
***************************************************
10.01.2017****************Catégorie: le jardin
La neige enfin!
Et derechef ce sont plus de cinquante passereaux qui se retrouvent autour de mes quatre mangeoires. Grands et petits s'entendent bien : ici le pic épeiche me fait l'honneur d'une visite.

Cet hiver je ne compte que deux couples de mésanges : bleu et charbonnière. Je suppose que le printemps détrempé de 2016 leur a été défavorable.
Les différentes variétés de pinsons sont également moins nombreuses.
Les moineaux pour leur part semblent avoir eu plus de chance avec leurs nichées.
 
rédiger un commentaire
***************************************************
12.06.2016****************Catégorie: le jardin
St-Médard les pieds dans l'eau
Le temps estival prend souvent forme début juillet.
Les météorologues confirment que le dicton des "Sept Dormants d'Ephèse"
connu dans les régions germanophones se vérifie huit fois sur dix pour autant que l'on considère pas seulement le jour en question mais toute la semaine. Le temps prévalant durant cette semaine se maintient jusqu'à la mi-août. Autour du début juillet s'établit en effet un équilibre entre les masses d'air polaire et les courants d'air tropique amenés
par l'anticyclone des Açores. Le tracé de cette ligne d'équilibre au-dessus de l'Europe détermine l'été des différents pays.

Cependant le début de l'été semble cette année obéir à un autre dicton.
Selon Météosuisse les dictons ont - pour autant qu'on ne les prennent pas à la lettre -
une bonne part de vérité. Le blog de
Meteosuisse du 8 juin - la St-Médard - fait mention d'une pléthore de dictons. L'un d'eux dit en substance :
"S'il pleut à la St-Médard, il pleut quarante jours plus tard, à moins que Saint-Barnabé (11 juin) ne lui coupe l'herbe sous le pied."
 Voir aussi le livre "Le Climat des Romands" (1993) de la météorologue Martine Rebetez.
Météosuisse confirme que une période pluvieuse début juin est souvent suivie de
nombreuses pertubations - au total le 17 juillet (40 jours) n'est pas improbable.


Alors que faire de toute cette eau? Peut-être de l'hydrothérapie d'après Kneipp
et attendre des jours meilleurs pour se rendre en montagne.
 
rédiger un commentaire
***************************************************
15.01.2016****************Catégorie: le jardin
Fenêtre de l'inspiration
Dans l'atelier juste devant mon établi
j'ai une fenêtre qui donne un regard parfaitement libre sur la nature.
En observant de plus près le paysage hivernal j'ai le plaisir de suivre le ballet d'une septantaine de passereaux.
Fenêtre de l'inspiration

un bon poste d'observation ce vieux pommier



les arbres du verger sont autant appréciés que les mangeoires
 
Moineaux, mésanges bleues et charbonnières, mésanges nonnettes, chardonnerets, verdiers et autres pinsons, tarins des aulnes, rouge-gorges m'accompagnent tout au long de la saison froide. Durant les périodes de gel prolongé les geais et les pics épeiches ne manquent pas de s'installer dans le jardin.


un côte à côte bien paisible

Les onze différentes races s'entendent bien entre elles - la jalousie se voit surtout entre individus de la même espèce.
Et le soir venu les ventres pleins ils sifflent et chantent à coeur joie... on se croirait dans une volière.
 
rédiger un commentaire
***************************************************
13.09.2015****************catégorie : le jardin
Hibou, chevreuil, blaireau et chauve-souris
La semaine passée j'ai été réveillé avant l'aube par les appels du hibou moyen-duc.  C'est avec grand plaisir que j'ai pu longuement l'écouter.
Ma situation campagnarde à Wyden me donne beaucoup d'inspiration et je vis au milieu d'une faune variée. Les chevreuils viennent manger les pommes tombées au pied des arbres ou alors c'est une bonne centaine de grives qui me rend attentif au fait que les juteuses Boskop sont à point pour en faire un gateau. Quelque mètres devant la maison habite une famille de blaireaux. Il y a encore quelques années dans le champ attenant c'est une famille de renards qui avait son terrier.
La vielle maison est entourée d'arbres et arbustres divers -
le verger est composé de neuf haute-tiges.


Cet environnement attire beaucoup d'insectes,
ce d'autant plus que mon coin de jardin se présente particulièrement sauvage :
les herbes hautes, les orties et plantes sauvages que je laisse pousser font le bonheur entre autre des papillons et des abeilles.


Et c'est ainsi que j'apprécie depuis plusieures années le ballet d'un couple de chauves-souris. C'est surtout au crépuscule et juste avant l'aube qu'elles font leurs rondes tout près du devant de la maison, passant parfois à juste une main au-dessus de ceux qui dans le jardin leurs portent des regards émerveillés. 
 

C'est pourquoi j'ai saisi l'occasion lors de ma dernière visite au Rüttihubelbad d'offrir  aux chauves-souris une possibilité supplémentaire de s'installer.
L'accès de côté et sous le nichoir est à cet emplacement parfaitement libre. L'exposition sud-est, l'ombrage et la protection contre les intempéries sont autant de points qui m'ont conduit à placer le nichoir ici. Vu que les acrobates de la nuit chassent jusque sous le balcon, je ne doute pas qu'il remarqueront le nouvel objet et espère qu'il contribuera à développer leur présence. 
rédiger un commentaire
***************************************************

Sous commentaires : seul le prénom sera publié, l'adresse e-mail ne le sera pas.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier certains commentaires.
Ceci vaut en particulier pour les commentaires hors thème, racistes, insultants ou en langue étrangère.
Les commentaires sous noms de fantaisie ou à l'évidence faux noms ne sont pas non plus publiés.
 Les décisions de la rédaction ne font pas l'objet de correspondance.
 
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
sommet de la page
actualisé le 12.03.2019
home  en vitrine
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx