hauts-lieux, paysages sacrés

sommet bouquins (D)
Magische Zentralschweiz   Magische Schweiz
accueilnouveautésle blog artfoxhaut-lieux
art et chamanismeexposl'artistevidéos
contactpeinture interactiveanecdotes d'un chamaneles haut-lieux en photos
parcours artistiquel'air du tempsparcs de l'inspiration
 de Lugnasad 
 l'art d'être en adéquation avec le génie du lieu
   
 lieux sacrés lieux de culte
naturels
 
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
  In die Welt der Zwerge 
haut-lieux l'habitat des
esprits de la nature
 le champ magnétique
 
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
une sélection de haut-lieux suisses à titre d'exemple les haut-lieux en photos

 

Lieux particuliers, lieux sacrés
De tous temps certains endroits, certains paysages marquants ont reçus une considération particulière. Ces lieux et l'esprit qui les caractérise ont été l'objet de vénération. Ils ont reçu les visites répétées de mystiques et de personnes en détresse, ont été marqués par des monuments et des temples.
Il arrive que différentes cultures se disputent un endroit semble-t-il particulièrement adéquat à l'usage rituel. L'exemple le plus frappant est le Dôme du Rocher à Jérusalem, où se sont succédés les bâtiments sacrés de cinq religions - les cananéens, les juifs, les romains, les chrétiens et les musulmans. Plus généralement l'archéologie confirme que d'un bout à l'autre de l'Europe de nombreuses églises et chapelles ont été érigées sur des lieux de cultes plus anciens.
Il existe en Suisse également de nombreux endroits qui semblent avoir été des lieux de culte avant l'avènement du christianisme.
Pour exemple l'église de Amsoldingen (très connue et très prisée des amateurs de lieux sacrés en Suisse allemande) :


La situation de l'église dans la verte campagne bernoise et en bordure d'un lac pittoresque donne à cet endroit un cachet incomparable.
La collégiale préromane fait partie d'un ensemble remarquablement conservé, comprenant château, bâtiments agricoles, moulin, cure et lavoir.
Le cimetière sur le côté nord de l'église rayonne d'une forte présence et ne manque pas avec son exubérante et sauvage végétation d'impressionner le visiteur en lui rappelant la briéveté de l'existence humaine.



L'église actuelle date du 10ème/11ème siècle.
 Sous la partie orientale de la nef on a retrouvé des fondations d'une église plus ancienne qui remontent à l'an 700.
La plupart des visiteurs oublie d'emblée le monde trivial.
D'aucuns se sentent pris d'une fascination pour la pierre baptismale, d'autres par la crypte sise sous le choeur.
Les reliefs de la pierre baptismale soulèvent bien des interrogations avec sa série d'animaux familiers et surprenants.
Aux côtés d'une licorne, se trouvent aussi chien, lièvre, mouton, aigle, lion, ours (détruit) et cerf.
Le cerf Cernunos était une des principales divinités celtes.
Ces huit animaux font penser à un ensemble d'animaux de pouvoir dévolus aux points cardinaux - ce qui nous ramène aux traditions chamaniques.
A l'époque où fut construite la première église d'Amsoldingen, il était assez courant de voir cohabiter dans un lieu de culte les divinités gallo-romaines et le christianisme.


La crypte transporte le visiteur définitivement dans un mode de relation au divin, où les différences religieuses et les exiguités dogmatiques sont transcendées.
C'est un lieu dont on ressort transformé, appaisé et resourcé.
Selon les traditions orales la crypte aurait été construite avec des matériaux romains récupérés à Avenches.
 

lieux de culte naturels
La grotte de Lourdes, la cathédrale de Chartres, Stonenhenge... font partie de ces lieux sacrés connus et reconnus. Mais au-delà des lieux de culte il existe une pléthore d'endroits qui dispensent autant de force, de mystère et de rayonnement, parfois même plus impressionant que bien des églises reconnues pour leur dimension de lieu sacré. Nul besoin en effet de bâtiment, de monument ou de stèle pour faire rayonner un endroit : ces endroits naturels, où se manifeste une puissance sensible bien qu'immatérielle sont volontiers appelés haut-lieux.
Des combes circulaires, des cercles de rochers, des lacs parfaitement ronds ont un rayonnement particulier, tant il est que le cercle est en soi une forme particulière qui influe sur les énergies de son environnement. Le cercle est caractérisé par son centre et son diamètre - à l'intérieur du cercle se concentrent les énergies émanants du centre et la circonférence de celui-ci joue le rôle de frontière vis-à-vis de l'extérieur. Au sens figuré on dit très justement que l'on fait partie d'un cercle ou qu'on en est exclu. De tels paysages ont une aura bien différenciée suivant d'où on les apprécient.
De tels endroits sont à l'origine des premiers lieux de culte. En ma qualité de chamane des paysages je soupçonne par exemple le Louché dans le val de Réchy, d'être un de ces anciens lieux de culte.

La basse tour de roche qui se dresse avec un cercle de verdure en son centre possède une présence fascinante.
Elle se situe sur une terrasse sise à quelques 2'600 m qui donne au visiteur l'impression d'être tout près du ciel, tant il est que l'on se trouve déjà dans un monde très minéral, que les sommets alentours ne sont guères plus élevés et que le large haut-plateau confère au paysage un caractère très ouvert.

La tour du Louché se démarque très nettement dans ce haut-plateau du val de Réchy.
Outre le Louché, le Seehornsee et l'Ochsenalp (du côté uranais de la Furka)
sont vraisemblablement également des vieux lieux de culte, peut-être même antérieurs aux Celtes.
 

Haut-lieux
Les lieux de culte ne sont donc pas seulement l'expression des besoins religieux de l'humain, mais tout autant l'expression de forces et de présences spirituelles de notre planète. Toutes les civilisations traditionelles du globe s'accordent à considérer que chaque animal, chaque plante, chaque rocher possède un esprit propre, oui même une forme propre de vie et de conscience. Il existe une forme d'esprit du lieu, ce que les romains nommaient "genius loci" - une forme de rayonnement particulier, même une certaine forme de mémoire spécifique à chaque endroit, que Sheldrake et autres chercheurs décrivent aujourd'hui comme champ morphique. Peut importe les termes utilisés, il est certain que l'homme d'aujourd'hui a largement perdu la capacité de ressentir ces particularités du paysage, ces émanations du ressenti et se retranche frileusement dans l'illusoire sécurité d'une rationalité qui fait fi des dimensions encore inexplorées de notre réalité. La force d'expression vitale qui caratérise les haut-lieux a différentes sources : par exemple la présence de minéraux, voire de pierres précieuses dans le sous-sol, les sources et rivières souterraines.

Un monde à part : la source, ici une source secondaire de la Trême (Fribourg).
Les sources sont des lieux de transition, où le monde souterrain échange gaz et énergies avec le monde vivant sous le soleil - autour des sources s'entremêlent le monde des secrets et le monde du quotidien.
 Chaque forme de paysage a une signification symbolique : la gorge est une entaille dans le corps de la terre, qui laisse entrevoir les aspects sous-jacents du monde de tous les jours. Les grottes sont des accès au monde secret de la terre et conduisent vers l'au-delà. Plus simplement compréhensible la symbolique des hauts-plateaux : ceux-ci nous offrent une vision étendue, ouvrent notre conscience et nous permettent d'appréhender notre environnement extérieur et intérieur de manière synoptique. La symbolique des différents éléments formants un paysage est une clé essentielle pour comprendre les haut-lieux.

Nombre de haut-lieux se situent loin de la civilisation, loin du "bruissement" des activités humaines : oui, rien de tel que le silence pour se recentrer. Là où la fine voix de l'inspiration, le murmure de l'intuition peut être perçu, là où l'humain est seul face à la nature et face à lui-même, là se trouve sa chance de devenir un avec son environnement. Les dimensions de la spiritualité et en particulier de l'expérience mystique sont immédiatement reliées au silence, que cela soit en pleine nature, dans une grotte ou un couvent. Dans un certain sens on peut prétendre que les haut-lieux se "nourissent" du silence - leur rayonnement en est renforcé. Il n'empêche que si un environnement silencieux confère à un haut-lieu un rayonnement accru, il n'en reste pas moins que le silence intérieur du visiteur est primordial pour la perception spirituelle du lieu.
Les haut-lieux sont autant de ponts entre notre monde trivial et les dimensions spirituelles sous-jacentes de la nature.


Le champ magnétique
et ses déformations
On entend souvent que les chamanes choisissent dans leur quête de visions ou leurs rituels des zones où le champ magnétique est déformé. Ce peut être le cas soit par la juxtaposition de différentes roches, soit par des plissements, soit par des failles géologiques. La géologie fournit en effet souvent des clés précieuses pour comprendre un paysage et confirmer le ressenti.
Une telle juxtaposition de différentes roches existe à proximité des blocs erratiques. Il est en effet plus que rare qu'un bloc transporté d'un endroit durant une période glacière soit déposé sur une roche identique. Loin de là un grand nombre de blocs erratiques sont formés de roches cristallines (gneiss, granit, etc.) et ont été déposés par les anciens glaciers sur le plateau, donc des roches sédimentaires (molasse par exemple). Il y a donc une différence très marquée entre les vibrations des blocs et de leur environnement.

On ressent bien face à ce géant des Alpes, qu'il est étranger à cette forêt - le Hubelstei (Lüterswil SO).
Les caractérisques énergétiques de ce bloc erratique ont dans le temps été mises à profit : sur la face supérieure du Hubelstei se trouvent des cupules - témoins d'activités rituelles.


Le bloc du Grosswald de Gächliwil (SO) est tout aussi déplacé dans sa clairière.

Compte tenu que les haut-lieux sont plus que des lieux de culte, plus que des lieux sacrés, il importe de trouver une définition qui puisse convenir à leur différentes formes, tels que grottes, cascades, sources, blocs erratiques, églises, haut-plateaux, gorge, marais ou vieil arbre. Le dénominateur commun : un haut-lieu est endroit bien délimité, dont le rayonnement intensif le distingue sensiblement de ses environs.
Dans la sélection de haut-lieux suisses vous trouverez de plus amples renseignements concernant différents types de haut-lieux.
les haut-lieux en photos

 

L'habitat des esprits de la nature
Interrogé où trouve-t-on les haut-lieux un chamane sibérien répondit qu'il suffit de se concentrer sur les régions dont le sous-sol est "poreux". Là où se trouve des grottes, des ouvertures grandes ou petites, là habitent une bonne partie de ces esprits de la nature qui confèrent aux haut-lieux une vitalité parfois presque palpable.

Il existe quelques 8'000 grottes en Suisse. Celles-ci sont concentrées sur deux bandes de roches sédimentaires.
Le Jura qui s'étend des hauts de Genève jusqu'à Schaffhouse et une bande qui suit le versant nord des Alpes depuis la pointe est du Léman jusqu'en Appenzell.
Cette répartition recouvre trois familles de roches : le calcaire jurassien, la nappe helvétique et la klippe.
(voir grafique ci-dessous)

 

Le Jura (bleu), la klippe (grenat) et la nappe helvétique (vert) ont une densité de grottes sans comparaison avec celle des régions de molasse du plateau ou les granits et gneiss des Alpes. Cette énorme  différence a ses conséquences sur la qualité des haut-lieux rencontrés : les régions karstiques, où le sol est traversé par des rivières souterraines, des couloirs et salles de toutes sortes et grandeurs sont partant plus densément "habitées".
En contrepartie les gneiss et granits des régions alpines confèrent à celles-ci un rayonnement palpable, une énergie qui donnent à d'aucuns le "jus" pour monter plus facilement, à d'autres le tournis.
Les esprits s'établissent également très volontiers dans des "ouvertures" aux dimensions modestes, tels que failles de rochers, espaces sous les racines de grands arbres, interstices entre les pierres d'un éboulement ou les galets d'un cours d'eau.

In die Welt der Zwerge
Passage dans le monde enchanté des esprits de la nature
(Maderanertal, Uri)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
sommet de la page
actualisé le 17.06.2016
home les haut-lieux en photosen vitrine
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx